Europe

Vers une forme originale de désintermédiation

Le financement des entreprises pourrait être assuré en Europe sans pour autant recourir à la titrisation telle qu’elle est pratiquée outre-Atlantique. Ainsi la désintermédiation prendrait-elle, en Europe, une forme spécifique, qui devrait être encore plus marquée en France que dans le reste de l’Europe.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°765

La loi bancaire : la France précède l'Europe

Bâle III pousse les établissements bancaires à gérer de façon plus dynamique leurs bilans, à maitriser leur croissance pour être en mesure de respecter des exigences de fonds propres renforcées. Il était donc logique de s’attendre à un développement de la titrisation, c’est-à-dire de la cession par les banques des crédits qu’elles avaient accordés à leurs clients et conservés jusqu’ici à l’actif de leur bilan.Ce mouvement tarde à se matérialiser. La crise financière et les pertes enregistrées par les investisseurs et les banques sur les produits structurés de crédit ont freiné les ardeurs. ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet