Recherche

Vers une approche neuronale des risques financiers

Au moment où le Big Data et la vitesse accrue de transmission des informations créent de nouvelles contraintes pour le travail cérébral, les neurosciences permettent une analyse fine pour réinterpréter les catégories traditionnelles de l’incertitude, du risque, de l’ambigüité et de la volatilité. Elles ont réussi à dégager les deux composantes neuronales majeures des prises de décisions face aux environnements risqués : l’attente et sa récompense (reward), la confiance et ses différentes modalités.

L'auteur

    • Professeur émérite
      Université Paris- Dauphine
    • Président
      Association européenne de Neuroéconomie

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°797

Désintermédiation : qui veut prendre la place des banques ?

On pourrait de prime abord s’étonner des relations étroites qui relient plusieurs résultats obtenus par des chercheurs en neurosciences à différents phénomènes observés aujourd’hui au niveau des activités financières, principalement sur les marchés, mais également au cours d’autres opérations comme les grands montages financiers. En effet, Les développements du traitement automatique de données de plus en plus nombreuses, disponibles au moyen de serveurs fournissant des informations de plus en plus rapides et perfectionnés, grâce notamment à des algorithmes de calcul très sophistiqués, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet