Macroéconomie

L'Union européenne face à la mondialisation des flux de capitaux

L'accélération de la mondialisation de la production, comme celle des flux financiers, a renforcé la perception de ses effets pervers et soulève le problème de sa régulation. Parallèlement, l'Union européenne montre l'exemple d'une intégration financière géographiquement plus étroite mais voulue et non subie.

 

L'auteur

  • Buzelay
    • Professeur émérite
      Université de Lorraine
    • Membre du Cerefige (Centre européen de recherche en économie financière et gestion des entreprises). Titulaire d'une chaire Jean Monnet ad personam
    • Chargé d'enseignement au Centre européen Universitaire de Nancy, à l'Université Paris 1 et à la Faculté de Sciences Sociales et Economiques de l'ICP(Paris). Expert international pour l'évaluation des universités (Qualitas-Ceenqa, Düsseldorf)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°832

Clientèles fragiles: Les banques s’engagent

La mondialisation signifie la plus ou moins grande interpénétration économique et financière de nos économies nationales. Elle résulte d’une répartition géographique des structures d’activité en quête d’optimisation spatiale de la rentabilité des firmes. Cette stratégie est principalement le fait des entreprises multinationales ou des entreprises dites de réseaux, unies par un simple système de partenariat.Observons que la mondialisation est un processus déjà ancien. C’est son accélération qui est récente, ainsi que sa modification structurelle liée au développement des flux immatériels de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet