Banques européennes

Une crise profonde et durable pourrait avoir des conséquences sérieuses pour certaines banques

L’assouplissement des règles prudentielles ne fera pas forcément baisser le ratio en capital des banques européennes de manière significative, et la hausse prévisible des NPL n’aura pas nécessairement un impact important sur les banques européennes. Mais si le ralentissement économique est profond et durable, les règles de l’Union européenne pourraient permettre aux États, dans des cas exceptionnels, de venir en aide aux banques qui en auraient besoin.

Intervention publique

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°845

Crise de COVID-19 : Quelle résilience des banques françaises ?

Les banques européennes seront-elles moins résistantes du fait d’un assouplissement des règles en matière de capital ?Le relâchement des règles prudentielles en matière de capital ne signifie pas que l’ensemble des banques européennes verra son ratio de capital baisser dans des proportions significatives et identiques.Les autorités prudentielles européennes ont, dès le début de la crise du Covid-19, indiqué que les banques pourraient utiliser (comme il est prévu dans la réglementation) leurs coussins de capital en cas de besoin. Ainsi le « capital conservation buffer », équivalent à 2,5 % ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Quelle résilience des banques françaises ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet