Le cloud computing

Le transfert des données vers les États-Unis – La protection de la vie privée est-elle dans une impasse ?

Par deux fois en cinq ans et à l’initiative de la même personne, la CJUE dresse le même constat de l’incapacité des États-Unis et de l’Europe de s’accorder sur un standard commun de protection des données personnelles. Les nécessités économiques exigent pourtant qu’un point final soit mis à cette succession de constats d’échecs.

L'auteur

  • jouffin
    • Responsable du département veille réglementaire Groupe
      La Banque Postale
    • Docteur en droit

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°HS-2021-1

Cloud Computing : Les grands Enjeux réglementaires

Le 6 octobre 2015, par un arrêt dit Schrems I[1], la CJUE invalidait le Safe Harbour, remplacé le 12 juillet 2016[2] par le « bouclier de protection des données UE-États-Unis » ou Privacy Shield. Cet accord, mis en place sous la houlette du Département du Commerce américain, introduit un mécanisme d’auto-certification par lequel les entreprises américaines s’engageaient à respecter les principes définis par le Privacy Shield. Les conditions de mise en œuvre de cet accord se sont avérées rapidement perfectibles. Le G29, dès le 13 avril 2016[3] émettait notamment des réserves au sujet de la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)