Stabilité financière

« La résolution est le seul volet utile de la loi bancaire »

Michel Fleuriet, ancien président de Merrill Lynch France, revient sur la loi bancaire : la mise en œuvre du volet séparation des activités est plutôt simple… mais sans doute peu utile. En revanche, le volet résolution, en anticipation des textes européens, a une portée bien plus forte.

L'auteur

  • M Fleuriet
    • Professeur affilié, fondateur et co-directeur du Master BIM 268
    • Fondateur et codirecteur
      Université Paris-Dauphine

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°765

La loi bancaire : la France précède l'Europe

Quelles sont les conséquences pratiques de la loi bancaire votée en juillet dernier ?Je distinguerais les deux parties de la loi : la séparation et la résolution. La séparation des activités est en cours ou à l'étude aux États-Unis avec le Dodd Frank Act, en Angleterre sur la base des propositions de la Commission Vickers, en Europe suite au rapport Liikanen, sans oublier les solutions nationales comme celle que nous avons en France. La diversité des situations montre déjà toute la complexité de la mise en œuvre de ce principe.En France, la loi a été présentée par le ministre de l’Économie ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Séparation et résolution : la France précède l’Europe

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet