Shadow banking

« Renforcer la supervision de certains fonds d’investissement »

Le Financial Stability Board (FSB) estime que les assureurs ne font pas partie des acteurs du shadow banking, pas plus que les fonds de pension. En revanche, les fonds d’investissement sont sur la sellette.

L'auteur

  • aglietta
    • Professeur émérite
      Université Paris X- Nanterre
    • Conseiller
      CEPII
    • Membre
      Haut conseil des finances publiques

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°797

Désintermédiation : qui veut prendre la place des banques ?

Les assureurs et les fonds de pension font-ils partie du shadow banking [1] ?Les acteurs financiers qui ne sont pas susceptibles de créer du risque systémique sont exclus de la notion de shadow banking, telle qu’elle est définie par le FSB.Pour l’instant, les compagnies d’assurance – que le FSB va étudier plus précisément dans un avenir proche – ne font pas partie du shadow banking. Il existe toutefois une exception : des assureurs d’un type bien particulier sont intégrés au shadow banking, les monolines, qui assurent le risque de crédit et vendent massivement des dérivés pour rehausser la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Qui veut prendre la place des banques?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet