Post-faillite

Regards croisés sur le droit à l’oubli bancaire

Pour être plus qu’un fétiche, le droit à l’oubli bancaire appelle une convergence des points de vue des principaux intéressés : les entrepreneurs et les banquiers.

TWEET D’OLIVIA GRÉGOIRE

L'auteur

  • Julien Cusin
    • Enseignant-chercheur
      Université de Bordeaux
    • Membre de l’Institut de Recherche en Gestion des Organisations (IRGO)
  • Vincent Maymo
    • Maître de conférences
      Université de Bordeaux
    • Membre de l’Institut de Recherche en Gestion des Organisations (IRGO)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°834

Très petites entreprises: les banques sont-elles à la hauteur ?

Le 7 septembre 2018, la députée Olivia Grégoire, présidente de la Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises, dite « loi PACTE », s’enthousiasmait sur Twitter (voir Capture d'écran) de l’abrogation à venir de l’indicateur 050 du fichier bancaire des entreprises (FIBEN).Cette décision signait la fin d’un marquage au fer rouge pour les chefs d’entreprise qui avaient connu deux liquidations judiciaires en cinq ans. Le 1er octobre 2018 était en effet acté le droit à l’oubli bancaire, à partir du 1er janvier 2019, pour ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Très petites entreprises : les banques sont-elles à la hauteur ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet