Point de vue de l'investisseur en actions

La réduction des risques en pente douce

Si la réduction des risques séduit clairement les investisseurs en dette bancaire, son effet est moindre – mais pas nul – sur les investisseurs en actions, préoccupés avant tout par la rentabilité de l’émetteur. Les derniers textes réglementaires font encore reculer le risque, mais ils pèsent sur la rentabilité, malgré des aménagements qui réduisent la facture pour les banques.

La réduction des risques en pente douce

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°830

Réduction des risques

Après une décennie d’inflation réglementaire, les régulateurs ne donnent pas de signe d’essoufflement. Alors même que le fameux paquet « Bâle IV », dont l’accouchement fut si difficile, n’est même pas encore sérieusement discuté par la Commission et le Conseil, deux nouveaux textes d’importance ont été publiés récemment: le premier, relatif aux NPE (expositions non performantes), ne s’appliquera qu’aux grandes banques supervisées par la BCE ; le second regroupe en réalité plusieurs documents puisqu’il s’agit du nouveau « paquet bancaire » – défini par l’accord du 4 décembre 2018 – qui ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Paquet bancaire et NPL : dernières avancées et perspectives

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet