Le prepack-cession : une alternative au plan de cession « classique »

Lors d’une cession d’entreprise en difficulté, les créanciers sont souvent lésés en raison d’une faible valorisation des actifs, des délais de préparation du plan, ou encore de la priorité donnée au maintien de l’emploi. L’instauration d’une procédure de prepack-cession, basée sur le modèle de la sauvegarde financière accélérée, permettrait d’améliorer leur situation.

L'auteur

  • Olivier Buisine photo 2
    • Administrateur Judiciaire
      SELARL Buisine Nanterme
    • Doctorant
      Université Lyon 3

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°747

Entreprises en difficulté : pour une meilleure maîtrise des risques

Lorsqu’un plan de cession est envisagé, le créancier a peu d’espoir de recouvrer quelque somme que ce soit. Le candidat à la reprise tend à valoriser faiblement les actifs de l’entreprise, ce qui pénalise les créanciers. L’aspect infamant de la « faillite » conduit en outre le dirigeant de l’entreprise en difficulté à retarder le moment où il sollicite le bénéfice de la protection de la justice, ce qui a une incidence néfaste sur la valeur de l’entreprise. Les délais incompressibles inhérents au déroulement d’une procédure collective augmentent par ailleurs le montant des dettes de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Entreprises en difficulté : vers une meilleure maîtrise des risques

Sur le même sujet