Prestataires de services sur actifs numériques

Plateformes d’échange « crypto- fiat » : quel(s) statut(s) règlementaire(s) ?

Les plateformes d’échange crypto-fiat seraient soumises à deux agréments, comme prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) mais aussi comme prestataires de services de paiement  (PSP). Cette double obligation correspond-elle à la volonté politique de la France de mettre en œuvre une réglementation incitative en matière de blockchain et de crypto-actifs ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°847
RB 847-RISK-LHomme-1149033 1 note de marge1 relance2 auteurs12 notes    S'exprimant aux Entretiens de l'Autorité des marchés financiers (AMF) le 13 novembre 2018, peu après l’adoption en première lecture à l'Assemblée nationale du projet de loi PACTE [1], le ministre de l'Économie et des Finances plaidait en faveur d’une « réglementation incitative », en liant l'ambition du gouvernement de faire de Paris « la première Place financière en Europe » (post-Brexit) avec celle de faire de la France un leader de la blockchain.Assumant pleinement le « choix » de se montrer « audacieux en matière ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet