Santé des banques

Pierre Gautier (S&P) « La question fondamentale est celle de la reprise économique en 2021 »

L’augmentation du coût du risque vient s’ajouter à d’autres facteurs qui pèsent sur la rentabilité des banques tels que le contexte de taux très bas. Pourtant, les banques européennes, bien capitalisées pour la plupart, sont capables d’absorber le choc de la crise sanitaire si la reprise est au rendez-vous en 2021. En revanche, selon Pierre Gautier, responsable analytique, Institutions financières S&P Global Ratings, si la reprise se fait attendre, la solvabilité des banques en souffrira.

L’examen des banques européennes est rassurant à condition que la reprise soit au rendez-vous en 2021

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°849

Coût du risque : Une augmentation sous l’emprise d’IFRS 9

Au vu de leurs résultats semestriels, quelles sont les différentes stratégies de provisionnement des banques européennes ?L’analyse des résultats publiés par les grandes banques européennes montre un certain nombre de divergences concernant les montants mis en réserve. La raison principale réside dans l’application de la norme IFRS 9. Alors même que les taux de défauts et impayés sur les prêts bancaires sont actuellement très faibles, notamment du fait des mesures temporaires de soutien pris par les gouvernements pour aider ménages et entreprises, la norme IFRS 9 impose aux banques de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Une augmentation sous l’emprise d’IFRS 9

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet