Régulation financière

L'opium du système bancaire

Les réglementations prudentielles bancaires n’ont pas atteint leur but premier, en l'occurrence protéger les épargnants. Elles ont jusqu’à présent surtout provoqué des arbitrages de la part des banques vers des activités moins encadrées. Et en cas de crise, c’est le plus souvent l’État qui est appelé à la rescousse. Une participation de ce dernier au capital des établissements bancaires, n’est-elle alors pas justifiée ?

L'opium du système bancaire

L'auteur

Revue de l'article

Les principes classiques de l’économie du libre-échange assurent que les marchés ont la capacité de s’autoréguler et que l’interventionnisme des différents acteurs étatiques n’est pas utile. Ainsi, la « main invisible » d’Adam Smith ajusterait dynamiquement les mécanismes du marché afin d’éviter tout dérapage. Pourtant, le secteur bancaire, qui est par sa nature le symbole de l’économie de marché, est soumis depuis plus de deux décennies à une lourde régulation, avec des contraintes de plus en plus importantes. La raison principale de l’introduction d’un cadre prudentiel dans le système ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet