Sciences sociales

Monnaies numériques, confiance et souveraineté

L’essor des instruments monétaires et de paiement numériques bouleverse la relation qu’entretient la collectivité à la monnaie. En remettant en question la notion de tiers de confiance et en créant une concurrence entre des monnaies publiques et privées, la technologie peut, potentiellement, déstabiliser l’ordre monétaire. La réplique des banques centrales aux initiatives privées ne permet pas de lever tous les risques mais rappelle que la monnaie est un bien public dont la gestion ne peut être confiée à des acteurs privés.

La monnaie est un bien public dont la gestion ne peut être confiée à des acteurs privés

L'auteur

  • Jean-François Ponsot
    • Professeur des universités
      Faculté de sciences économiques à l’Université Grenoble Alpes, et Pacte, Laboratoire de sciences sociales

Revue de l'article

Depuis les années 2000 une multitude d’instruments monétaires et de paiement alternatifs sont apparus : développement des monnaies numériques et des mobile moneys ; essor des monnaies locales complémentaires associées à des objectifs de relocalisation territoriale et de promotion des activités écologiques et sociales ; constitution de systèmes de paiements transfrontaliers instantanés alternatifs à Swift, etc.Ce foisonnement d’instruments monétaires innovants relève d’un double processus d’innovation. Un processus d’innovation technologique : le bitcoin, les stablecoins de type Libra ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Crypto-actifs, stablecoins,monnaies numériques de banque centrale... : la monnaie se métamorphose

Sur le même sujet