Mark to Market ou Mark to Model : une troisième voie est possible

L’évaluation du bon niveau de capitalisation des banques est indissociable du mode de comptabilisation retenu pour les actifs fragiles, les dettes souveraines européennes en l’occurrence. Entre le « tout marché » et le sur-mesure, il existe une solution intermédiaire, plus réaliste et moins procyclique.

Comptabilité à la valeur de marché

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°741

Banque privée : la difficile conquête des clients fortunés

La passe d’armes entre le Fonds monétaire international et l’Union européenne sur la solvabilité des banques semble liée à deux approches opposées d’évaluation des actifs : le Mark to Market d’un côté, le Mark to Model de l’autre. La mise à la valeur de marché des obligations souveraines détenues par les banques se traduit mécaniquement par des pertes plus importantes que celles qu’elles déclarent, et consécutivement, par un besoin de renforcement des fonds propres. L’exposition importante des institutions financières européennes justifie l’inquiétude exprimée par le FMI dès le colloque de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet