Lutte contre le financement du terrorisme : l'économie de la terreur

Les actes et attaques terroristes s’appuient sur des réseaux économiques et financiers criminels impliqués dans des affaires frauduleuses comme la fraude à la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le trafic d’armes, de stupéfiants ou de personnes. La Commission européenne a créé une unité spéciale dédiée à la lutte contre le financement du terrorisme, mais les gouvernements et politiques doivent aussi se mobiliser plus fortement sur cette problématique.

La fraude à la TVA

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°794

Bail-in : les paradoxes du renflouement interne

La lutte contre le terrorisme moderne ou l’uber-terrorisme [1] est menée notamment sur le plan du renforcement des mesures sécuritaires. En France, l’instauration de l’état d’urgence, qui prévoit des mesures très restrictives et une surveillance poussée des individus, est à l’heure actuelle le mécanisme privilégié de défense contre cette menace. Pourtant, les événements récents montrent que les aspects économiques et financiers du terrorisme jouent également un rôle crucial. Même si le débat autour de la prolongation de l’état d’urgence est très vif, les gouvernements et le public semblent ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet