Loi Sapin 2

Lanceurs d’alerte

La loi Sapin 2 introduit trois niveaux de gradation dans les signalements réalisés par les lanceurs d’alerte.
Outre les points clés du dispositif à prendre en compte (comme son externalisation potentielle, son périmètre d’intervention, les canaux de remontée…), les établissements devront sensibiliser leurs collaborateurs sur ce dernier et l’articuler avec d’autres textes spécifiques (abus de marchés, lutte contre le blanchiment, Directive CRD 4, devoir de vigilance…), ainsi qu’avec les réglementations étrangères applicables en la matière.

L'auteur

  • Georges
    • Responsable de la Conformité Financière et de la Protection de la Clientèle
      Crédit Agricole S. A.

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°HS-2017-2

Loi Sapin 2

Dans le secteur financier, le sujet des signalements n’est pas inconnu. En effet, l’arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne – et auparavant l’arrêté du 31 mars 2005 – prévoit la faculté de signalement (ou également appelée « faculté d’alerte »), en parallèle d’autres régimes existants, parmi lesquels il est possible de citer le règlement relatif aux abus de marché (MAR) qui a introduit un dispositif de signalement sur un périmètre plus restreint (intégrité des marchés).Malgré son existence, le dispositif de signalement ne fonctionne pas nécessairement dans sa plénitude, d’où ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit