Régulation bancaire et financière

Les régulateurs du système financier se trompent-ils d’objectifs ?

Dans les années qui viennent, l’épargne à moyen et long terme risque de devenir une denrée rare sur les marchés financiers. Une bonne raison d’éviter de l’affecter en excès au secteur financier via des réglementations inadaptées.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°735

La dette souveraine : un refuge de moins en moins sûr

Le régulateur des assurances, au travers des règles dites de solvabilité II, a rendu plus coûteuse en fonds propres la détention d’actions et, dans une moindre mesure, d'obligations à long terme. Le régulateur banques incite, via le ratio de solvabilité, à un accroissement des fonds propres et donc potentiellement, à des augmentations de capital ou à de la conservation de résultats qui ne viendront pas grossir le flux d’épargne à moyen terme. Le ratio de liquidité conduit à un allongement de la durée du passif des banques et donc à une transformation de l’épargne à court terme en épargne à ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet