Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

Les nouvelles obligations réglementaires de l’activité de correspondance bancaire

L’activité de correspondance bancaire présente selon le législateur un risque spécifique de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. La transposition de la 5e directive européenne en la matière revoit les obligations auxquelles doivent se soumettre les établissements financiers dans ce domaine. Décryptage.

 

Vigilence

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°848

Infrastructures en Afrique - Combler le gap de financement

L’activité de correspondance bancaire, signalée comme présentant un risque spécifique de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme (BC-FT), implique le recours par un établissement « client » à un établissement « correspondant » afin de réaliser des opérations bancaires. Bien que cette définition n’ait pas été significativement impactée par la transposition [1] de la 5e directive européenne relative à la lutte contre le BC-FT [2] (LCB-FT), il est intéressant de relever que le législateur vient de reprendre en substance la définition issue de la précédente directive LCB-FT, en ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet