Les monnaies virtuelles : des risques pour la protection des investisseurs et le bon fonctionnement des marchés

Le bitcoin, comme la centaine d’autres monnaies virtuelles existantes, doit une partie de sa notoriété médiatique à la conjonction de plusieurs facteurs – économiques, financiers et sociologiques –, sur la base desquels ses promoteurs sont parvenus à faire entendre un discours attractif, capitalisant sur la nécessaire défense de l’innovation technologique. En réalité, du point de vue de la protection des investisseurs, du bon fonctionnement des marchés et de la stabilité financière, le bitcoin présente des risques nombreux et très significatifs, qui doivent être considérés avec importance compte tenu de l’effort engagé depuis 2009 par les pays du G20 en faveur d’une meilleure régulation de la finance.
Une réponse appropriée des pouvoirs publics est donc grandement nécessaire pour faire rapidement face à ces nouveaux enjeux.

Cours du bitcoin

L'auteur

  • Vigna
    • Chef économiste
      Autorité des Marchés Financiers (AMF)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°159

Le bitcoin, une monnaie ?

En juillet 2014, le démantèlement, présenté comme une « première » en Europe, d’un trafic de bitcoins dans le sud-ouest de la France, puis son « flash crash » le 18 août, marqué par une chute de son cours de 35 % en quelques secondes, ont jeté une lumière nouvelle sur le bitcoin, qui bénéficie pourtant toujours d’une curiosité de la part de certains d’investisseurs, puisqu’elle représente environ 90 % de la capitalisation de la centaine des monnaies virtuelles qui existent dans le monde. Pourtant, à quoi s’expose un épargnant s’il souhaite acquérir ou utiliser le bitcoin ? Faut-il vraiment ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)