Projection

Les élections européennes 2019 : vers un nouvel équilibre politique ?

La présence plus importante des partis eurosceptiques et eurocritiques au sein du prochain Parlement européen, bien que probable, ne permettra pas à ces forces politiques de prendre réellement le pouvoir. Elles devront se contenter d’une capacité de nuisance qui se traduira par un ralentissement des processus de décision.

Vers un nouvel équilibre politique ?

L'auteur

  • Pertusot
    • Chercheur associé, spécialiste des questions européennes
      IFRI (Institut français des relations internationales)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°378

Union bancaire, zone euro et élections européennes

« Les partis extrémistes entendent faire des prochaines élections une sorte de référendum pour ou contre l’UE ou l’euro, en tirant parti de la dégradation de son image engendrée par la crise et sa gestion. » Ces mots sont ceux d’un éditorial publié par l’Institut Jacques Delors en novembre 2013. Pourtant, ils raisonnent encore avec une impressionnante pertinence. En effet, les enjeux des élections européennes de 2019 ne sont guère différents. Pour les partisans de l’Union européenne, il s’agit de confirmer une majorité au Parlement européen face à la montée des partis souverainistes, dans ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Élections européennes: Quelles conséquences pour les banques et la zone euro ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet