Cet article appartient au dossier : Fiscalité : enfer ou paradis ?.

Économie

Les économistes et l'évitement fiscal

Quand il s'agit d'intégrer la fraude et l'évasion fiscales dans leurs analyses du système fiscal, les économistes restent plutôt réservés. Mais la montée des actes d’évitement rend nécessaire leur évaluation dans les impacts micro- et macroéconomiques des systèmes fiscaux.

L'auteur

  • Monnier
    • Professeur d'économie
      Université Paris I Centre d'économie de la Sorbonne (UMR 8174)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°322

Fiscalité : enfer ou paradis ?

Avec la grande récession et la crise des dettes publiques européennes, les besoins de financement des administrations publiques ont nettement augmenté, renforçant les pressions en faveur d'une amélioration de l'efficacité des dispositifs de collecte des prélèvements obligatoires tout en attirant l'attention sur l'ampleur croissante des comportements d'évitement fiscal. La fraude et l'évasion fiscales sont désormais une préoccupation d'autant plus cruciale pour les budgets publics qu'elles sont devenues la cause d'un important manque à gagner et que les dispositifs de contournement des ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Fiscalité : enfer ou paradis ?

Sur le même sujet