Acteurs bancaires

Les banques subsahariennes financent encore peu les infrastructures

Les dernières mutations des banques subsahariennes, devenues ces dernières années plus solides dans leurs moyens d’action et plus performantes dans leurs outils commerciaux, ont peu développé jusqu’ici leur appétit pour le financement des infrastructures, même si elles sont progressivement associées aux montages utilisés.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°395

Financement des infrastructures en Afrique - L’heure de la mobilisation

Depuis la fin des années 1980, les banques commerciales ont réalisé en Afrique subsaharienne d’impressionnantes mutations. Dans la période 2015-2020, ces transformations ont porté principalement sur trois plans.Intérêts africainsAu plan capitalistique tout d’abord, le départ des intérêts extérieurs au continent s’est poursuivi. En zone francophone, les banques françaises ont accéléré leur repli. Après Indosuez puis le Crédit Lyonnais dans les années 2000, les Banques Populaires ont laissé leurs implantations en Afrique Centrale en 2018 et BNP Paribas vient de céder trois filiales en ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

L’heure de la mobilisation

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet