Économie

L’instabilité inhérente au capitalisme

Bisser Alexandrov plaide pour un renouveau du capitalisme : si ce dernier semble toujours le principal système pour organiser une société, il semble cependant incapable de s’autoréguler. Les hypothèses sur l’efficience des marchés et la rationalité des agents économiques ont été battues en brèche. Se prémunir contre les défauts du capitalisme financier, comme l’exubérance irrationnelle et la tentation court‐termiste, est indispensable pour aller vers un capitalisme entrepreneurial, source de bénéfices pour l’ensemble de la société.

Instabilité

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°781

Chambres de compensation : un saut vers l’inconnu

Pour une large partie de l’opinion publique, si le capitalisme n'est pas le système le plus optimal pour régir une économie, il n'y a pas vraiment d’autre alternative. La fin de la guerre froide et l'effondrement du bloc communiste ne semblent pas infirmer cet adage pour le moment.Encore faudrait-il distinguer un capitalisme financier, celui des trente ​dernières années basé sur une dérégulation effrénée et un secteur bancaire prédominant, et un capitalisme entrepreneurial, plus modéré et basé sur la création de richesse via l'innovation.Une des principales caractéristiques du capitalisme ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet