Droit positif

Gage de stocks : la liberté d’entreprendre restaurée par les juges du fond !

Un arrêt de la Cour de cassation du 19 février 2013 ​semblant remettre en cause la liberté de choix des garanties par un créancier a été cassé par un arrêt de la cour d’appel de Paris du 27 février 2014 : cet épisode souligne combien il est nécessaire pour les opérateurs que le droit soit stable et le système juridique prévisible.

cour

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°773

Financement de l'immobilier : profession en chantier

On se souvient que, contre toute attente, la chambre commerciale de la Cour de cassation avait jugé, dans un retentissant arrêt du 19 février 2013 [1], que lorsque les conditions requises pour la mise en place d’un gage de stocks telles qu’énoncées à l’article L. 527-1 du Code de commerce étaient satisfaites, les parties n’avaient alors plus la liberté de recourir au gage sans dépossession de droit commun [2].Dans un arrêt du 27 février 2014 [3] qui, à plusieurs titres, méritera d’être commenté, la cour d’appel de Paris a choisi de résister à la Cour de cassation en jugeant que le gage ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet