Cet article appartient au dossier : Prospective 2017 : Banque, finance, assurance.

Brexit

« La fiscalité française est moins pénalisante qu’on ne le dit »

L’ancien gouverneur de la Banque de France livre son opinion sur le Brexit. Cet événement va remettre en cause la concentration financière qui s’est opérée à Londres et la situation va se rééquilibrer au profit du continent. Paris a toutes ses chances.

L'auteur

  • Christian Noyer
    • Gouverneur honoraire
      Banque de France
    • Membre
      Haut Conseil des Finances Publiques

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°803

Numéro double 803-804 : Prospective 2017 - Rétrospective 2016

Dans la perspective d’un Brexit, quelle sera la nouvelle relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ?Il est très improbable que le Royaume-Uni demeure membre de l’Espace économique européen (EEE) ou qu’il signe un accord bilatéral s’inspirant de ce qui existe déjà entre l’Union européenne (UE) et la Suisse.En effet, si le Royaume-Uni restait dans l’EEE, il devrait verser une contribution significative au budget. Par exemple, la Norvège, qui est membre de l’EEE, verse une contribution presque équivalente à celle que verse actuellement le Royaume-Uni en tant que membre de l’UE, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Prospective 2017 : Banque, finance, assurance

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet