Cet article appartient au dossier : Innovation financière, L'Afrique, laboratoire du digital.

Droit bancaire et financier

La finance participative : quel développement en Afrique ?

Avec 70 millions de dollars de financement collectés, le continent africain reste en retrait en matière de crowdfunding. Pourtant, les initiatives foisonnent, notamment via la mobilisation de l’épargne de la diaspora. La mise en place d’un cadre juridique sécurisant permettrait de donner de l’ampleur à ce mouvement naissant.

crowdfunding_afrique

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°349

Innovation financière : l'Afrique, laboratoire du digital

Le financement participatif permet à des porteurs de projet (création de start-up, projets culturels, artistiques ou associatifs, etc.) de lever des fonds par l’intermédiaire d’une plate-forme Internet spécialisée, auprès d’un large public d’internautes composé de personnes physiques ou morales, sans aucune limite géographique (comme le permet Internet). Le modèle de crowdfunding se décline généralement en trois grands types de plates-formes : les plates-formes de don, avec ou sans contrepartie. Lorsque le don est réalisé avec une contrepartie, cette dernière correspond généralement à une ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

L'Afrique, laboratoire du digital

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet