Cet article appartient au dossier : Pour une finance durable.

L’exemple de Finance utile : les particuliers investissent le champ du capital risque

Au travers de sa plate-forme d'investissement participatif, Finance Utile propose aux particuliers d’investir directement dans des PME de leur choix. Une douzaine d'entreprises ont été financées en un an, avec un peu plus de 1,5 million d'euros investis.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°294

Pour une finance durable

La crise financière de 2008 a fait évoluer le comportement des épargnants. Soucieux de transparence et de comportement responsable, l'investissement participatif apporte une solution. Grâce à un montant d'investissement limité (1 800 euros environ), les particuliers peuvent investir (et s'investir) dans des PME, secteur jusqu'alors réservé aux seuls Business Angels ou aux professionnels de la finance.

Finance Utile propose en effet ​aux particuliers, à travers sa plate-forme FinanceUtile.com, une offre d’investissement responsable, personnalisé et à fort impact social et économique. Elle leur permet d'investir directement dans des PME présélectionnées de leur choix, selon différents critères qui leur sont propres : proximité géographique, domaine d'activité, développement du tissu économique local, niveau de risque, etc.

Pour chaque société est créée une holding dédiée, dont le seul objet est d'investir dans ladite société. Les particuliers souscrivent dans la holding, qui elle-même souscrit au capital de la société, le but étant que l'entrepreneur n'ait qu'un seul actionnaire et interlocuteur au lieu d'une multitude de petits actionnaires. L'équipe de Finance Utile assure ensuite le suivi de la société jusqu'à la sortie des investisseurs, à échéance 5-7 ans.

En investissant directement dans des PME auxquelles il croit, le particulier suit et vit l’aventure de l'entrepreneur. Pour certains d'entre eux, il s'agit même, faute de se lancer dans l'aventure, de devenir entrepreneur par procuration.

Les bienfaits du système participatif

Grâce au financement participatif, les entrepreneurs, pour leur part, ouvrent leur capital à des investisseurs qui les accompagnent dans la durée, avec, pour certains, une réelle implication dans le projet. Ces particuliers n'investissent pas uniquement dans une optique purement financière mais pour contribuer au développement de l'entreprise ou au tissu économique local. Ce sont de vrais alliés des entrepreneurs, et non des prédateurs.

Par ailleurs, l'investissement participatif permet de répondre aux besoins des jeunes entreprises innovantes qui souffrent de l'equity gap en France. La France ne compte que 6 000 Business Angels environ, contre 40 000 en Angleterre ; les fonds d'investissement n'interviennent qu'à partir de 1 million d'euros, pour des raisons de rentabilité.

Le succès rencontré pour ce type d'investissement tient dans la proximité et la transparence des relations établies entre les investisseurs et les entrepreneurs.  En choisissant les sociétés dans lesquelles ils investissent, les particuliers deviennent acteurs de leurs placements. En rencontrant et en échangeant avec les entrepreneurs, le particulier développe sa culture de l'entreprise et la finance a enfin visage humain.

La forte sélection, le suivi et l'accompagnement des entreprises par l'équipe de Finance Utile constituent aussi un élément clef pour des investisseurs qui ne sont pas toujours aguerris au métier du capital-risque.  Les critères de sélection reposent avant tout sur la qualité du dirigeant-homme clé. Viennent ensuite la pertinence des produits ou services proposés et l'existence d'un marché potentiel important.  Afin d'offrir des placements qui répondent à différents profils d'investisseurs, Finance Utile propose des investissements, en actions ou en obligations convertibles, dans des sociétés de secteurs d'activité variés et à différents stades de maturité.

Un monde pluriel de l’entreprenariat

L'accompagnement concerne aussi bien des entreprises qui n'entrent pas dans les critères de sélection des Business Angels (taille, secteur) que des entreprises technologiques qui ne souhaitent pas être dépossédées de leur projet, des sociétés industrielles locales qui ne connaissent pas les acteurs œuvrant dans le capital-risque ou encore des entreprises qui ont besoin d'un bridge, dans l'attente de l'entrée d'un fonds d'investissement.

C'est ainsi que Finance Utile accompagne aussi bien une société comme Rhéolic, créée en 2005, qui est spécialisée dans le traitement des rejets urbains et industriels, avec 5 brevets à son actif, que la société Québox, créée en 2010, qui fabrique des agendas haut de gamme en bois, certifiés FSC.

Les montants recherchés par ces entrepreneurs vont de 150 000 à 2 millions d'euros. Dans ce dernier cas, la plate-forme assure la transition avant l'entrée de fonds d'investissement. En effet, alors que le délai d'investissement pour un fonds est d'au minimum 6 à 9 mois, Finance Utile a la capacité de lever 100 à 300 000 euros en 2 mois, voire plus rapidement encore.

Avec une douzaine d'entreprises financées en un an pour plus de 1,5 million d'euros investis, la plate-forme Finance Utile a démontré que « Finance » et « Éthique » pouvaient cohabiter.

 

Sommaire du dossier

Pour une finance durable

Sur le même sujet