Crise souveraine

L'euro et la Grèce : de Charybde en Scylla

Le plan de sauvetage de la Grèce a enfin pu être bouclé avec ses créanciers. Pour autant, le pays reste dans une situation économique et financière préoccupante. Les réformes structurelles restent à engager et il est à craindre que le deuxième plan d’aide européenne ne soit pas suffisant. Retour sur la tragédie grecque.

 

L'euro et la Grèce : de la Charybde en Scylla

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°747

Entreprises en difficulté : pour une meilleure maîtrise des risques

En mars 2010, la Grèce était notée BBB et nous titrions un article « L'euro et la Grèce : catabase ou anabase [1]? » ; elle est aujourd’hui notée CC, la plus basse note attribuée à ce jour par Standard & Poor’s. Le ratio dette publique/PIB s’élevait alors à 113 %, il atteint aujourd’hui 160 %, même si le pays a réussi à réduire son déficit primaire – hors intérêt de la dette – de 10 à 2,5 % du PIB. Le taux de chômage est désormais de 21 %. Après de multiples plans ou budgets d’austérité drastique, la Troïka (UE, BCE et FMI) requiert de nouvelles mesures auxquelles sont suspendues les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet