Évaluation

De la difficulté de déterminer et de mesurer les coûts de défaillance

Une défaillance génère des coûts importants, pour l’entreprise elle-même et pour ses partenaires. Les nombreuses études qui s’y sont intéressé ont permis d’évaluer les coûts directs, aisément quantifiables ; en revanche, les coûts indirects sont difficiles à périmétrer et à mesurer.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°747

Entreprises en difficulté : pour une meilleure maîtrise des risques

Que l'on parle de faillite ou, cherchant à contourner la connotation souvent péjorative de ce mot, de défaillance, force est de constater que cet événement est source de coûts, traditionnellement répartis entre coûts directs et indirects.Les coûts directs ont fait l’objet de nombreuses études sur lesquelles nous reviendrons. Une des justifications tient non seulement à leur importance, mais aussi à la possibilité de les mesurer. Les coûts indirects posent quant à eux plus de problème, tant dans leur définition que dans leur mesure. Nous ne savons au fond que très peu de chose sur eux et ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Entreprises en difficulté : vers une meilleure maîtrise des risques

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet