Sécurité des cartes de paiement

Le déploiement de la carte à puce aux Etats Unis

La mise en œuvre de la règle du transfert de responsabilité sur les paiements par carte de proximité aux États-Unis en octobre 2015 est un des facteurs explicatifs de la baisse des fraudes par des accepteurs étrangers hors zone SEPA*.

carte à puce

L'auteur

Pour en savoir plus

images
  • 1. Taux de fraude des cartes françaises

    1. Taux de fraude des cartes françaises

  • 2. Proportion des transactions EMV dans les paiements cartes de proximité

    2. Proportion des transactions EMV dans les paiements cartes de proximité

  • 3. DÉPLOIEMENT ET ADOPTION DES CARTES EMV À TRAVERS LE MONDE

    3. DÉPLOIEMENT ET ADOPTION DES CARTES EMV À TRAVERS LE MONDE

Cet article fait suite à l’article « Déploiement de la carte à puce EMV aux États-Unis : Quel impact attendu sur la sécurité des cartes de paiement ? », Revue Banque, n° 788, septembre 2015.

Revue de l'article

Le récent rapport de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement pour l’année 2016 [1], apporte un premier éclairage sur les effets de la mise en œuvre, le 1er octobre 2015, du « transfert de responsabilité » des transactions frauduleuses en paiement de proximité aux États-Unis.
Dans un contexte de baisse du taux de fraude (à 0,353 % en 2016 contre 0,372 % en 2015) calculé globalement pour les transactions internationales, et malgré une disproportion toujours marquée entre la part des transactions internationales dans le montant total de la fraude et leur part dans la valeur totale des transactions (58 % du montant de la fraude pour 12,6 % de la valeur totale des transactions), la baisse du préjudice observé sur les cartes françaises utilisées frauduleusement hors zone SEPA s’explique principalement, selon le rapport, par le développement du recours aux outils de détection des tentatives de fraudes par contrefaçon de piste magnétique.
Ainsi, la contrefaçon des cartes, technique utilisée dans les pays ne contrôlant pas la présence de la puce EMV, perd du terrain dans les transactions par carte française sur des points d’acceptation étrangers hors SEPA, en paiement et surtout en retrait, comme en atteste le Graphique 1.
L’entrée en vigueur du transfert de responsabilité des transactions frauduleuses en paiement aux États-Unis peut sans doute expliquer cette tendance favorable observée en 2016 sur les fraudes au paiement de proximité.
Si l’on se réfère à l’état des lieux établi par EMVCo de son déploiement au 31 décembre 2016 [2] et en particulier à la proportion de paiements de proximité full EMV, cette tendance semble appelée à s’amplifier, tant la marge de progression des Etats Unis est encore importante au regard des autres régions (voir Graphique 2).
Néanmoins, si on se place du côté de l’émission des cartes à puce EMV, on observe que la tendance de fond aux Etats Unis est bien lancée, avec un « taux d’adoption » des cartes EMV ayant franchi l’an dernier la barre des 50%, rapporté à l’ensemble des cartes American Express, Discover, JCB, Mastercard, UnionPay et Visa émises aux États-Unis (voir Tableau 3).
Si l’on regarde maintenant du côté de l’acceptation, selon une source VISA Inc cette fois [3], le nombre de commerçants américains équipés d’un terminal EMV Visa a plus que doublé en 2016 pour atteindre un taux d’équipement du commerce de 39% à fin 2016.
La tendance à l’amélioration du taux de fraude des cartes françaises sur accepteurs étrangers hors SEPA observée en 2016 est donc sans nul doute appelée à s’amplifier dans les mois à venir en paiement de proximité comme en retrait DAB.
À noter que la forte baisse du taux de fraude des cartes françaises utilisées frauduleusement en retrait DAB à l’étranger constatée depuis trois ans intervient alors que cette typologie d’opération ne bénéficie pas encore du même transfert de responsabilité.
Il ne fait guère de doute que l’entrée en vigueur de cette mesure incitative aux Etats-Unis, le 1er octobre prochain, devrait encore accélérer la baisse du taux de fraude sur cartes contrefaites utilisées à l’étranger, pour se rapprocher progressivement du taux de fraude à la contrefaçon observé sur les paiements en France, figurant à 0,2% sur l’année 2016 [4].
Resteront enfin les transactions sur Distributeur automatique de carburant, dont l’entrée en vigueur de la même mesure a été repoussée au 1er octobre 2020, pour tenir compte d’un allongement de la phase d’adaptation et d’homologation des matériels aux spécifications EMV.

[1] https://www.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/osmp2016_web.pdf.

[2] https://www.emvco.com/about/deployment-statistics/.

[3] https://usa.visa.com/visa-everywhere/security/visa-chip-card-stats-december.html.

[4] Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, 2016.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet