La crise ne fait que commencer

Des plans de relance voués à l’échec, des banques moins efficaces pour l’économie, le commerce international déstabilisé… L’avenir pourrait bien réserver à la sphère économique des épreuves sévères qui retarderaient la fin de la crise.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°730

Numéro double : Rétrospective 2010 - Prospective 2011

Nous vivons la conjonction de plusieurs crises : une crise occidentale, une crise américaine, une crise de la dette, une crise bancaire, une crise pétrolière, une crise des États et une crise des changes. Chacune d'elles est capable d'emporter la planète financière, a fortiori quand elles se conjuguent.La crise occidentaleDans le monde économique, l'Occident n'est plus seul. À l'avenir, le consommateur solvable sera en Chine et en Inde tout autant qu'aux États-Unis et en Europe. Cela veut dire que l'appareil productif mondial, orienté jusqu'ici vers la satisfaction des besoins des ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet