Cet article appartient au dossier : Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?.

Call for Evidence

La Commission lance le projet « Financial Data Standardisation »

Dans le cadre de son programme « Better regulation », la Commission européenne a demandé à 300 parties prenantes des preuves sur les conséquences indésirables de l’accumulation de nouvelles règles financières depuis la crise. Parmi les principaux griefs : les exigences de reporting.

L'auteur

  • Martin Spolc - Commission européenne
    • Responsable de l'unité Analyse économique et évaluation - DG FISMA
      Commission européenne

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°801

Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?

En quoi consiste la démarche du call for evidence lancée par la Commission ?C’est un exercice unique. Depuis la crise, des réformes importantes ont été mises en œuvre et elles ont rendu le système financier plus résilient. Cependant, nous avons légiféré au pas de course et il était difficile de parfaitement prévoir comment les différentes règles allaient interagir. La Commission a donc lancé cet exercice afin d'avoir une vision d'ensemble des règles et identifier leurs éventuelles conséquences indésirables, dans le nouvel environnement macroéconomique. Il n’est pas question de défaire le ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?

Sur le même sujet