« Class actions » américaines : les investisseurs français peuvent aussi en bénéficier

En 2008, près de 60 ​millions d’euros n’ont pas été réclamés par les investisseurs français au titre des réparations versées par des entreprises cotées condamnées par la justice américaine à l’issue de class actions. La démarche de recouvrement est pourtant simple.

« Class actions » américaines

L'auteur

  • Mark Gross, Pomerantz
    • Managing Partner
      Pomerantz Haudek Grossman & Gross LLP New-York

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°752

Shadow Banking : pas si obscur…

Dans le film Pickpocket (1959) de Robert Bresson, Michel plonge sa main dans la poche de sa victime pour s’emparer de ses objets de valeur. Aujourd’hui, la fraude en Bourse n’est ni en noir et blanc, ni aussi tangible. Quand une entreprise fait de fausses déclarations poussant les investisseurs à croire que l’affaire est plus rentable qu’elle ne l’est, la valeur de l’action de l’entreprise monte ​artificiellement. Quand la vérité éclate – par exemple, sur le «médicament miracle» de l’entreprise qui, en fait, n’a pas obtenu l’aval du gouvernement, ou sur l’affaire rachetée bien trop cher ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet