Cercle vicieux banques-États : quelles conséquences économiques et sur la stabilité financière en Europe ?

La détention de titres souverains par les établissements bancaires n’est pas sans conséquences sur le plan de la stabilité financière. Le traitement prudentiel très avantageux qui a cours en Europe accentue le cercle vicieux entre crises bancaires et crises souveraines. Des pistes de réformes peuvent être envisagées.

1. Expositions souveraines

L'auteur

  • Salim Dehmej
    • Chercheur
      Bank Al-Maghrib (Banque Centrale du Maroc)
    • Docteur en économie
      Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°355

Traitement prudentiel de la dette souveraine : le casse-tête de la réforme

La directive CRD 4 qui transpose l’accord de Bâle III dans le droit européen permet aux banques européennes d’affecter des pondérations quasi nulles à toute dette publique européenne. Cela a valu à l’Europe un avis de non-conformité rendu par le Comité de Bâle en décembre 2014 dans son évaluation de l’application de la réglementation bancaire (Regulatory Consistency Assessment Programme – RCAP). En effet, la régulation bâloise, du moins pour l’approche standard, ne tolère un coefficient de pondération nul que pour les titres jugés sans risque (AAA à AA-). À cela s’ajoute le fait que les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Traitement prudentiel de la dette souveraine : le casse-tête de la réforme

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet