Stratégie internationale

Le Brexit ou la tentation d’une île contrariée

En dépit des incertitudes qui perdurent quant aux relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni – qu’il s’agisse des arrangements transitoires d’ici au 30 mars 2019 ou de l’accord qui pourrait ensuite être conclu –, les établissements financiers doivent anticiper dès maintenant les conséquences du Brexit, afin de se préparer au mieux à ce nouvel environnement. Un certain nombre d’évolutions peuvent être d’ores et déjà considérées comme inévitables.

europe

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°811

Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

Le 29 mars dernier, le gouvernement britannique a notifié formellement au président du Conseil européen qu’il recourait aux dispositions de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (UE) qui règle de manière très générale les conditions dans lesquelles un État membre peut sortir de celle-ci.Au plus tard le 30 mars 2019 à minuit, heure de Bruxelles, tous les traités de l’UE et le traité établissant la Communauté européenne de l’énergie atomique cesseront donc en principe de s’appliquer au Royaume-Uni.À cette date, le Royaume-Uni deviendra un pays tiers avec lequel, sauf mise en place ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet