Réglementations

Banques et marchés: l’inquiétude

Président de l’AMF jusqu’en 2008, Michel Prada doute de la capacité des marchés à prendre le relais des banques si celles-ci, en raison de la réglementation, devaient moins contribuer au financement de l’économie.

L'auteur

  • Michel PRADA
    • Président (2003-2008)
      AMF
    • Président des trustees
      Fondation IFRS
    • Président
      Conseil de Normalisation des Comptes Publics (CNoCP)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°754bis

Financement de l'économie : une nouvelle donne pour la croissance

Quel regard portez-vous sur les chantiers réglementaires en cours ?Je suis préoccupé par l'écart d'avancement et par l'insuffisante mise en cohérence des réformes conduites en ce moment, d'une part dans le domaine bancaire, d'autre part dans celui des marchés financiers. Les nouvelles réglementations bâloises peuvent conduire les banques à réduire leur contribution au financement de l'économie. Or les marchés financiers ne me semblent pas à même de prendre le relais pour que les demandeurs et les offreurs de capitaux s'y rencontrent avec fluidité ; la multiplication du nombre de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Une nouvelle donne pour la croissance

Articles du(des) même(s) auteur(s)