Cet article appartient au dossier : Bâle III : les nouvelles règles passées au crible.

Bâle III : réagir à la crise financière

Les nouvelles règles de Bâle III, réponse du G20 à la crise financière, sont loin d'être indolores pour les banques européennes, notamment les caisses d'épargne que représente l'ESBG.

L'auteur

  • Chris De Noose
    • Managing Director
      Groupement européen des caisses d’épargne (ESBG)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°287

Bâle III : les nouvelles règles passées au crible

Essayant de tirer les leçons de la crise financière, le Comité de Bâle, répondant aux demandes du G20 de Pittsburgh de septembre 2009, a engagé une révision complète du cadre prudentiel applicable aux banques : les accords de Bâle III. L’accord final qui a été accepté lors du G20 de Séoul en novembre 2010 sera rendu public avant la fin de cette année.Les cinq objectifs de Bâle IIIBâle III a été construit sur la base des accords de Bâle II qui prend en compte trois types de risques : le risque de crédit, le risque de marché et le risque opérationnel. Bâle II s’appuie aussi sur trois ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Bâle III : les nouvelles règles passées au crible

Sur le même sujet