« Le bail-in crée un avantage compétitif certain pour les banques outre-Atlantique »

Pour David Benamou, gérant de fonds spécialisés dans la dette subordonnée bancaire, le mécanisme du bail-in va pénaliser les établissements de crédit européens, en particulier s’il s’applique à la dette senior. Un handicap qui s’ajoute aux autres réglementations et participe à la défiance des investisseurs qui peinent à s’y retrouver.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°308

Résolution des crises bancaires : vers un nouveau cadre pour les établissements

L’outil du bail-in est-il inquiétant du point de vue des investisseurs en dette bancaire ?Oui, il est à ce stade plutôt inquiétant. Globalement, la directive Resolution and Recovery COM(2012) 280/3 prévoit deux phases. Le bail-in serait applicable le 1er janvier 2015 aux créanciers subordonnés qui pourront se voir imposer, hors procédure collective, une réduction de leur nominal par un mandataire ad hoc en cas d’insolvabilité de l’établissement bancaire dans lequel ils ont investi. Le bail-in serait ensuite étendu aux créanciers seniors à compter du 1er janvier 2018.Pourquoi est-ce si ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Résolutions des crises bancaires : vers un nouveau cadre pour les établissements

Sur le même sujet