Avenir du conseil indépendant et des CGPI : l’épée de Damoclès

L’interdiction de percevoir des rémunérations de la part de tiers dans le cadre de la fourniture d’une prestation de conseil indépendant introduite par la Directive MIF II hypothèque l’avenir du conseil indépendant et des conseils en gestion de patrimoine indépendants (CGPI). Un nouveau business model doit être inventé par les professionnels pour s’adapter à cette nouvelle réglementation.

L'auteur

Revue de l'article

La publication de la Directive n° 2014/65/UE du 15 mai 2014 concernant les marchés d’instruments financiers, dite « Directive MIF II », continue de susciter de fortes inquiétudes concernant l’avenir du conseil indépendant et du business model des conseils en gestion de patrimoine indépendants (CGPI).À l’heure actuelle, les commissions sur encours versées par les producteurs ou émetteurs d’instruments financiers représentent environ 80 % de la rémunération des CGPI, les 20 % restants provenant pour l’essentiel d’honoraires ou d’opérations pratiquées hors périmètre des marchés financiers.La ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet