Cet article appartient au dossier : Bâle III : l'équation d'après-crise.

Position de la FBF

Attention aux mesures inadaptées et excessives

Les banques françaises soutiennent la réforme de la régulation prudentielle menée par le Comité de Bâle. Mais de nombreux points restent au mieux en suspens, au pire à amender. Ratio de levier, de liquidité à moyen terme, coussin contracyclique, CVA… Tour d’horizon de ce qui doit être revu.

Calendrier de mise en œuvre des accords (périodes de transition en grisé)

L'auteur

  • Jean-Paul Caudal
    • Directeur du département supervision bancaire et comptable
      Fédération bancaire française

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°730

Numéro double : Rétrospective 2010 - Prospective 2011

Le 12 septembre 2010, le Comité de Bâle a approuvé les principales dispositions destinées à améliorer la résilience du système bancaire international, dont la crise a mis en évidence les faiblesses. Cette réforme porte sur les exigences en matière de solvabilité bancaire et sur la surveillance du risque de liquidité. Ces mesures viennent d’être formellement entérinées par les chefs d’État et de gouvernement du G20 au sommet de Séoul en novembre. Au sein de l’UE, elles seront transposées par une nouvelle modification de la directive sur l’adéquation des fonds propres, dite « CRD4 », que la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Bâle III : l'équation d'après-crise

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet