L'apport au droit français de la Convention des Nations unies sur la cession de créances dans l...

Le Gouvernement français devra prochainement se prononcer sur l'opportunité de signer la Convention relative aux cessions de créances élaborée par la CNUDCI. Ce texte n'implique pas un bouleversement des techniques nationales de transfert des créances. En particulier, il ne remet pas en cause la cession par bordereau. La signature de la Convention semble donc possible. Elle est souhaitable si l'on admet qu'a été atteint l'objectif de ses auteurs, à savoir faciliter certains types d'opérations financières internationales.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°90

B&D - N° 90


Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet