Actualités jurisprudentielles : Analyse financière et banque d'affaire. Muraille de Chine....

Doit être condamnée pour faute lourde la banque qui n'a pas opéré de séparation stricte entre les services d'investissement et ceux d'analyse financière, et qui n'a pas révélé ses liens avec l'un des ses clients et a systématiquement privilégié celuici dans ses études financières, en dénigrant un concurrent. - (Trib. com. Paris, 12 janvier 2004, LVMH/Morgan Stanley. Voir H. de Vauplane et J.-P. Bornet, " Droit des marchés financiers ", Litec, 3e édition, 2001.)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°93

B&D - N° 93


Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet