Comment séduire la clientèle jeune ?

Dossier réalisé par Séverine Leboucher

Gratuité des services, taux d’emprunt préférentiel, prime versée pour l’ouverture d’un compte courant, cadeaux en tout genre en guise de bienvenue… Attirer un jeune coûte cher à la banque pour un retour sur investissement très incertain si, devenu adulte, le nouveau client se révèle infidèle. C’est ce que semble d’ailleurs prouver l’enquête menée par le cabinet Exton Consulting qui indique qu’à 29 ans, près de la moitié des jeunes auront changé au moins une fois de banque. Face à ce dilemme, deux solutions s’ébauchent.  La première serait de rentabiliser dans l’immédiat les investissements réalisés pour capter cette clientèle. C’est la voie suggérée par trois universitaires de La Rochelle qui promeuvent une fidélisation axée sur la famille dans son ensemble plutôt que sur le jeune encore insolvable. La deuxième est de revoir l’offre bancaire pour la rapprocher du mode de vie des jeunes et de leurs besoins. Un tel exercice n’est pas si simple et nécessite d’éviter de tomber dans les clichés. Adulte en devenir, le client jeune attend de son banquier qu’il ne l’infantilise pas mais au contraire soit à l’écoute de ses projets tout en l’accompagnant dans son éducation financière. Et si la banque arrive à faire rire le client jeune par une communication décalée et une marque forte, le marché des 11 millions de 16-29 ans leur sera grand ouvert.

Dossier réalisé par Séverine Leboucher

Sommaire

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité
Tarif : 15.00 euros TTC
Banque & Stratégie