Social

Pacte de responsabilité : l'AFB signe un relevé de conclusions

L'auteur

  • Gendillou
    • Directeur des affaires sociales
      Association Française des Banques (AFB)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°782

Entreprises sociales : vers un nouveau marché pour les banques

Au terme de cinq réunions de négociations depuis mai 2014, permettant un dialogue social constructif et argumenté, l’AFB a signé avec la CDFT un relevé de conclusions qui engage la profession sur la période 2015-2017 avec au moins 40 000 embauches sur la même période.

Ce pacte de responsabilité s’applique au 1er janvier 2015.

La profession bancaire a voulu ainsi marquer sa volonté de s’inscrire dans la durée en maintenant un niveau d’emploi conséquent, malgré un environnement économique contraint avec un PNB en stagnation sur l’année 2014 ainsi qu’une forte baisse de la fréquentation des agences bancaires, et cela pour la deuxième année consécutive ; en outre, si les engagements du gouvernement sur la période 2015-2017 peuvent engendrer un gain potentiel de 2 milliards d’euros pour la profession bancaire, la mise en pratique de taxes nouvelles, et pour certaines non déductibles, amène sur la même période une contribution supplémentaire de la profession à hauteur de 8 milliards d’euros. Le différentiel de 6 milliards d’euros a conduit les banques à proposer aux partenaires sociaux un texte prudent et réaliste.

Trois domaines d’actions ont été visés dans le pacte de responsabilité.

  1. l’emploi et sa sécurisation ;
  2. la politique de conditions de travail ;
  3. l’insertion de publics connaissant des difficultés d’accès à l’emploi.

L’emploi et sa sécurisation

Outre un engagement quantitatif de recruter au moins 40 000 collaborateurs (CDI, CDD et alternants), la profession s’est engagée dans :

  • le maintien d’un recrutement qui privilégie l’emploi sous contrat à durée indéterminé ;
  • des embauches de jeunes et de seniors, avec des engagements chiffrés, à hauteur d’au moins 60 % pour la part des jeunes de moins de 30 ans et une augmentation d’au moins 10 % de la part des seniors ;
  • l’alternance avec un double objectif, de progression du nombre d’alternants,  et de leur insertion dans les établissements bancaires avec un taux minimum de 30 % de maintien dans l’entreprise une fois leur période d’alternance terminée ;
  • un effort accru notamment vis-à-vis des seniors afin de favoriser leur employabilité et le maintien dans l’emploi ;
  • l’engagement de proposer une première liste de certifications nécessaires à l’exercice des activités bancaires qui seraient éligibles au CPF (Compte personnel de formation) ;
  • l’enjeu du numérique, essentiel pour le futur de la relation client ; les établissements bancaires se sont donc engagés à donner à chaque salarié les moyens d’acquérir un socle de compétences minimales élaboré à partir d‘un référentiel ;
  • enfin, la progression d’ici à 2017 de la part des femmes dans tous les niveaux de la classification cadre.

La politique de conditions de travail

Le pacte de responsabilité inclut une incitation pour les entreprises à proposer des mesures d’aménagement de fin de carrière, sur la base du volontariat et deux ans avant la cessation d’activités. Une politique de prévention des risques professionnels, accompagnant des accords déjà signés [1], va être déployée grâce à une politique de santé adaptée à la profession et l’ouverture de centre de santé interentreprises pour la profession.

L’insertion dans l’emploi de publics en difficulté

La profession bancaire souhaite contribuer à lutter contre l’exclusion et faciliter  l’accès à l’emploi des jeunes de faible niveau de qualification, issus de filières universitaires ne leur ayant pas permis d’intégrer le marché du travail, issus de « quartiers sensibles », des personnes en situation de handicap, ou des chômeurs de longue durée, et faciliter le retour à l’emploi des seniors.

Au cours de l’année 2017, les signataires se réuniront pour faire le bilan de la mise en œuvre du relevé de conclusions et déterminer, en fonction de la situation économique, sociale et fiscale, le niveau des objectifs pour une nouvelle période de trois ans.

[1] Accords sur les incivilités, la sécurité des agences bancaires et le harcèlement et la violence au travail.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet