Droit des marchés financiers

Gouvernance des banques : tout reste à faire après la crise

La crise née en 2007 est une crise de confiance. Cette perte de confiance s’accompagne même d’une défiance à l’égard des acteurs les plus impliqués dans ce modèle, à savoir les banques. Pour retrouver la confiance des citoyens, un changement radical du mode de gouvernance des banques est nécessaire.*

Illustration 1

L'auteur

  • Hubert-de-Vauplane
    • Associé
      Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP.
    • Professeur associé
      Université Paris II Panthéon Assas

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°752

Shadow Banking : pas si obscur…

L’enquête d’Ernst & Young de 2011 [1], menée auprès de 20 500 clients des banques de détail, montre que 55 % des clients américains sont moins confiants que l’année précédente. En Europe, c’est au Royaume-Uni (63 %) que la perte de confiance a été la plus marquée. Dans les pays moins impactés par la récession comme l’Inde, le Brésil et la Chine, le niveau de confiance des clients dans le secteur bancaire s’est au contraire significativement amélioré. Une autre étude, toujours relative à la confiance à l'égard des banques, effectuée par Deloitte [2], indique elle aussi une forte baisse de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet