Innovation

Finance et intelligence artificielle : vers une nouvelle lune de miel ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°807

Résolution: sur qui repose l’effort ?

Pour la finance, le recours à des algorithmes n'est pas nouveau : cela fait plusieurs décennies que le trading a été révolutionné par des robots. Mais le boom des FinTechs et les récents progrès de l’intelligence artificielle (IA), en particulier ceux de l'apprentissage automatique (machine learning), annoncent un bouleversement profond de l'activité bancaire. Le moment semble venu pour l’IA de jouer un nouveau rôle moteur.

Les attentes ont toujours été très élevées, mais les résultats obtenus se sont révélés jusqu’à présent plutôt modestes. Néanmoins, l'avènement du Big Data, l’augmentation exponentielle de la puissance de calcul des ordinateurs et la prise de conscience que les données comptent parmi les principaux éléments qui déterminent la valeur des entreprises ont créé un cadre favorable qui fait de l’IA une source de renouveau pour le secteur bancaire.

En effet, que ce soit pour améliorer le conseil aux clients en proposant des produits adaptés à leurs habitudes de consommation, analyser l'activité des comptes pour prédire un départ, ou encore qualifier un besoin grâce aux chatbots, l'intelligence artificielle ouvre les portes à de nombreuses applications métiers. Cette évolution permettra aux banques, de proposer à leurs clients des services très personnalisés et des systèmes d’accès mobiles 24 heures/24 et 7 jours/7.

La France et son industrie financière sont très bien positionnées pour développer et exploiter l’IA. Elles bénéficient d’atouts exceptionnels dans ce secteur à commencer par une offre de formation de qualité. Les écosystèmes de la French Tech représentent également des débouchés pour les transferts d’innovation. Enfin, nous disposons d’un cadre législatif et réglementaire favorable à la production, à la diffusion et à la circulation des données qui sont le carburant indispensable au développement de l’IA. L’enjeu sera de faire de notre pays et de sa Place financière un acteur stratégique et incontournable de l’intelligence artificielle.

Comme toute nouvelle technologie, elle présente également des dangers : rappelons que l’automatisation a déjà conduit à un « flash krach » en mai 2010. Il conviendra en particulier d’assurer la protection des données et de prémunir les clients de la cybercriminalité.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet