Vivatech : le CES à la française se cherche encore

Pour la troisième année consécutive, le salon Viva Technologies (Vivatech pour les habitués) a eu lieu au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris, mi-mai.

([(Keynote_Emmanuel_Macron.jpg)])

L'auteur

Pour en savoir plus

images
  • (((PitchBNP.jpg)

    (((PitchBNP.jpg)

  • ([(StartupVoyance.jpg)])

    ([(StartupVoyance.jpg)])

  • (((LaPoste.jpg))

    (((LaPoste.jpg))

  • ((BNPParibas.jpg))

    ((BNPParibas.jpg))

  • (((AirbusTaxi.jpg))

    (((AirbusTaxi.jpg))

  • ((Glacièremobile .jpg))

    ((Glacièremobile .jpg))

  • ((Impression3D.jpg))

    ((Impression3D.jpg))

  • (Pepper.jpg)

    (Pepper.jpg)

  • ((Robot.jpg))

    ((Robot.jpg))

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°821

Gafa & Banques : concurrents ou partenaires

Vendue à la presse et aux exposants comme la réponse française au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas et au CeBIT de Hanovre, cette édition 2018 du salon tenait plus de la Foire de Paris.

Malgré la présence du président de la République et de ses ministres, ainsi que celles de grands noms de l’industrie (comme Mark Zuckerberg en provenance directe de son audition au Parlement européen à propos du RGPD), le résultat est mitigé. Certes, il y avait de nombreux acteurs bancaires (BNP Paribas ou La Banque Postale avec deux stands énormes par exemple) et des start-up pouvant intéresser les banques (notamment autour de la blockchain ou de la sécurité), mais l’ensemble restait brouillon et le plan du salon n'a pas suffi pas pour s’y retrouver durant les journées professionnelles : les numéros de stands n’étaient souvent pas clairement affichés, problème récurrent au Parc des Expositions, et surtout, d’après les confidences d’un exposant, les stands étaient distribués suivant le principe du « premier arrivé, premier servi », sans chercher à avoir une cohérence thématique – à quelques exceptions près comme un corner Foodtech et un autre Africa Tech.

Sur les plus de 8 000 start-up présentes, beaucoup ne disposaient que d’un coin de table (et n’étaient d’ailleurs plus présentes le samedi, jour d’ouverture au grand public). Avoir quelques pôles dédiés à la finance, la robotique, le transport, l’IA, la sécurité ou autres thématiques du moment aurait donné plus de lisibilité à ce salon et aidé les professionnels désireux de capter les tendances du moment. Malgré tout, plus de 100 000 visiteurs se sont croisés dans les allées ; gageons que la 4e édition aura corrigé ces quelques problèmes d’organisation.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet