Immobilier

Société Générale migre une partie de ses activités de la Défense à Val de Fontenay

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°801

Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?

Alors que Defacto, l’établissement public gérant la Défense, et le département des Hauts-de-Seine ont lancé mi-octobre en France et au Royaume-Uni une campagne vantant les mérites du quartier d’affaires de l’ouest parisien, Société Générale rééquilibre ses pôles immobiliers de l’ouest vers l’est de la capitale.

Le groupe met un pied supplémentaire à Val de Fontenay (Val-de-Marne) avec l’emménagement en cours de 5 300 collaborateurs dans son nouveau campus des Dunes. Société Générale dispose déjà depuis 1992 à Val de Fontenay d’un immeuble accueillant 5 000 collaborateurs, dont 1 500 rejoindront les Dunes. À la Défense, ils étaient 19 500 et seront 16 000 à l’issue du rééquilibrage. 3 300 des 5 300 salariés (travaillant aux deux tiers dans les technologies) qui doivent s’installer aux Dunes d’ici janvier 2017 devaient y être arrivés entre septembre et début novembre.

« L’origine du projet est très concrète : c’était la nécessité d’augmenter l’efficacité opérationnelle et de réduire nos coûts. Puis nous avons décidé de faire des Dunes l’incarnation de la transformation digitale de Société Générale », résume Françoise Mercadal-Delasalles, directrice des ressources et de l’innovation du groupe. La valeur locative est en moyenne de 280 euros par mètre carré par an à Val de Fontenay, contre 450 euros/m²/an à la Défense, et 600 euros dans les beaux quartiers de Paris (contre 1 554 euros à Londres selon Defacto). « Le poste de travail tout compris coûte 7 000 euros par an aux Dunes, contre 11 000 euros à La Défense », précise Françoise Mercadal-Delasalles.

Après BNP Paribas aux Grands Moulins de Pantin en 2009 et le Crédit Agricole à Montrouge en 2011, c’est au tour de Société Générale de créer un campus moderne hors des quartiers les plus cotés de la capitale et des codes des environnements de travail classique. Conçues par l’architecte Anne Démians, entièrement connectées, les Dunes se composent de cinq bâtiments HQE séparés par des jardins. Les 76 000 m2 de locaux sont organisés en espaces ouverts avec des bureaux non attitrés (flex office), des salles de réunion mutualisées, des espaces collectifs et de convivialité, qui doivent favoriser bien-être et organisation agile et horizontale du travail.

 

Sur le même sujet