L'application du mois

SharePay : une carte de paiement pour partager les frais

SharePay

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°798

Innovation financière : l’effervescence des pays émergents

Que ce soit pour un couple, une colocation, ou même un groupe d’amis, il est parfois difficile de partager les frais. Si certaines solutions existent de façon plus ou moins précise sur le Web (comme LePotCommun.fr) ou sont intégrées dans certaines applications mobiles (comme le partage d’addition dans PayPal), il s’agit le plus souvent d’un remboursement a posteriori d’une dépense réalisé par le primo-utilisateur. SharePay veut offrir un vrai outil de partage des frais sous forme d’une carte de paiement. Pour commencer à utiliser le système, l’utilisateur va sur le site de la solution ou télécharge l’application mobile. Il demandera une carte de paiement Sharepay, à laquelle il va associer son compte bancaire. À partir de l’application mobile, il pourra associer un groupe de paiement à la carte et y inviter d’autres personnes. Celles-ci devront aussi donner leurs coordonnées bancaires, et partager les dépenses liées à ce groupe, voire recevoir à leur tour une carte liée. L’ensemble des modalités de règlement est paramétrable et chaque participant reçoit un message d’avertissement à chaque dépense effectuée. À titre d’exemple, dans le cadre d’une colocation, il est possible d’ajouter tous les colocataires et de les sortir du groupe s’ils sortent de la colocation, ou de créer un nouveau groupe. Chaque carte peut en effet être associée à plusieurs groupes de paiement. Si techniquement, Sharepay reste totalement agnostique vis-à-vis des banques de ses clients, le service s’appuie sur MasterCard pour l’interface carte et sur TheBankCorp, une banque américaine déjà soutien du Google Wallet Card et de Simple Bank pour la partie paiement. Pour les clients, à l’heure actuelle, hormis le retrait en guichet facturé à 2 euros, tout est entièrement gratuit. La société se rémunère en jouant sur l’interchange, et veut également ajouter des services complémentaires payants pour l’utilisateur, comme des assurances. Pour l’instant, après avoir eu 250 bêta-testeurs, SharePay vise les 8 000 utilisateurs d’ici la fin de l’année.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet